A la Une

Immobilier à Paris et en Banlieue : des profils de clientèle étrangère très différents
  • La place des acquéreurs de nationalité étrangère dans la formation des prix et le fonctionnement du marché immobilier à Paris et en Ile-de-France est souvent mise en avant. Qu’en est-il réellement ?

    S’ils peuvent ponctuellement exercer un rôle déterminant sur certains segments de marché très étroits dans la Capitale (très grands biens de très haut de gamme ou hypercentre de Paris), leur présence doit être relativisée et remise en perspective.

    Si les acquéreurs étrangers vivant hors de France plébiscitent majoritairement Paris (à 75%), 17% d’entre eux choisissent la Petite Couronne et 9% la Grande Couronne. Et depuis quelques temps, la part des acquéreurs étrangers augmente en Banlieue, surtout lorsque ceux-ci sont déjà résidents.

    • 8% des acheteurs à Paris sont des acquéreurs étrangers

    Paris, ville cosmopolite, accueille comme toutes les grandes Capitales mondiales une population étrangère assez nombreuse (environ 15% des habitants de la ville). Les étrangers sont donc naturellement présents, bien que dans une moindre proportion (environ 8%) parmi les acquéreurs d’appartements parisiens.

    • Plus de 9% des acquéreurs en Banlieue sont de nationalité étrangère

    En Banlieue, les acheteurs étrangers réalisent plus de 9% des transactions, et sont principalement des résidents.  La part des acquéreurs étrangers non-résidents parmi les acquéreurs en Petite et Grande Couronne reste négligeable. 

    • Une plus grande part d’acquéreurs étrangers réside en France

    Les acquéreurs de nationalité étrangère présentent des profils très différents. Ils peuvent résider en France ou à l’étranger. Ainsi, il faut distinguer ceux qui sont nés à l’étranger, mais qui résident en France et achètent plutôt dans Paris. Ils sont devenus proportionnellement plus nombreux dans la Capitale dans un mouvement lent mais plus régulier depuis 5 ans. Alors qu’ils représentaient autour de 4% des acquéreurs à Paris de 1996 à 2011, ils en représentaient 5,5% en 2014.

    • Les Italiens toujours très présents dans la Capitale

    Historiquement, l’Italie ressort, et de loin, comme la nationalité la plus représentée parmi les acquéreurs étrangers à Paris. Cependant, la présence des Italiens a fortement fluctué dans le temps au point de représenter, en 2009, ¼ des acquéreurs étrangers dans la Capitale. Les 6 pays les plus représentés, en-dehors de l’Italie, cumulent chacun autour de 5% des achats des étrangers en 2014. Les Anglais et les Américains représentaient plus de 10% des acquéreurs étrangers à Paris au début des années 2000. Enfin, la part des acquéreurs allemands est stable dans le temps. Les origines géographiques des acquéreurs étrangers se sont aussi progressivement diversifiées au fil du temps.

    • Les Portugais principaux acheteurs étrangers en Banlieue

    Les acquéreurs Portugais sont les plus représentés en Banlieue parisienne (environ 20% des acquéreurs étrangers en Petite et Grande Couronne). En Petite Couronne, les acheteurs de nationalité Algérienne et Chinoise (près de 15% des acquéreurs étrangers en 2015) derrière ceux de nationalité portugaise.

    • Où habitaient les étrangers lors de leur acquisition ?

    En moyenne depuis près de 20 ans, les Italiens, Américains et Anglais qui achètent à Paris sont majoritairement des non-résidents qui s’installent ou achètent un pied-à-terre sans avoir déjà vécu dans la Capitale.

    A l’inverse, en Banlieue Parisienne, les acquéreurs étrangers sont déjà majoritairement implantés localement (pour 85% d’entre eux).

    A retenir : comme pour les acquéreurs de nationalité française, le marché immobilier est pour les étrangers un marché local. Mis à part le cas particulier de Paris avec le fort afflux de non-résidents, les acheteurs étrangers en Ile-de-France sont essentiellement des personnes qui résident déjà sur place.

    (C) Photo : Chambre des Notaires de Paris / Mathieu CRÔNE

  • > En savoir plus
    Immobilier Paris / IDF : vers une remontée estivale des prix sur un marché actif
  • D’après les dernières données des Notaires de Paris-Ile-de-France, à fin mai 2015, la reprise du nombre de ventes constatée depuis quelques mois en Ile-de-France se confirme avec une activité légèrement supérieure à la moyenne des 10 dernières années.

    Toutefois, les prix sont toujours orientés à la baisse malgré une reprise saisonnière cet été qui devrait les faire légèrement remonter en septembre 2015.

    Consultez la version interactive du communiqué de presse immobilier mensuel du 30 juillet 2015

    Comment se porte le marché immobilier francilien ?

    Avec 33.290 ventes de logements anciens en Ile-de-France de mars à mai 2015, l'activité du marché immobilier régional est légèrement supérieure à celle constatée en moyenne sur les 10 dernières années (+2%, et +18% comparé à mars-mai 2014).

    L’ensemble des segments du marché profite de cette embellie (appartements +18%, et maisons +19%).

    Une forte hétérogénéité est constatée selon les départements. Ainsi, en Seine-et-Marne, dans l’Essonne et les Hauts-de-Seine, les ventes sont en forte hausse en mars-mai 2015 comparé à l’an dernier. A Paris, les ventes ont augmenté de 13% en un an.

    Les premières informations disponibles des notaires pour juin 2015 indiquent un volume de ventes en progression globale dans la Région par rapport à juin 2014.

    Les prix continuent-ils à baisser à Paris et en Ile-de-France ?

    Le recul annuel du prix des logements anciens est désormais de 2,3% en Ile-de-France (-2,9% pour les appartements à 5.220 euros/m² en moyenne et -0,8% pour les maisons, avec un prix unitaire à 287.700 euros). En 3 mois, le prix des logements a peu évolué (-0,8%).

    C’est en Grande Couronne que la baisse du prix des appartements est la plus marquée (-3,3% en un an avec un prix moyen au m² à 2.880 euros contre 4.220 euros/m² en Petite Couronne). A contrario, le prix des maisons n'y baisse que de 0,5% en un an (prix unitaire d’une maison à 267.500 euros).

    A 7.880 € le m² en mai 2015, le prix des appartements à Paris baisse de 3,1% en un an (-0,6 en 3 mois).

    Comment va évoluer le marché francilien d’ici septembre 2015 ?

    Selon les indicateurs avancés des Notaires franciliens, le prix au m² à Paris pourrait remonter à 8.020 € en septembre 2015 (+1,6% en 3 mois).

    En Ile-de-France, ces indicateurs prévoient une hausse de 1,9% en 3 mois du prix des appartements (à 5.320 € le m²), et une hausse de 2,6% du prix des maisons (à 294.800 € en septembre 2015).

    Cette tendance reste saisonnière, puisque la hausse corrigée des variations saisonnières n’est que de 0,4% pour les appartements et 0,9% pour les maisons.

    (C) Photo : Chambre des Notaires de Paris / Mathieu CRÔNE

  • > En savoir plus
    Chiffres du marché
    Le marché immobilier à Paris et en Ile-de-France : les derniers chiffres par les notaires (volumes et prix)
  • Le marché immobilier à Paris et en Ile-de-France : les derniers chiffres par les notaires franciliens (volumes et prix)
  • > En savoir plus

    Achat immobilier
    Tout ce qu'il faut savoir du projet d'achat à la signature de l'acte chez le notaire.
    Vente immobilière
    Du projet de vente à la signature de l'acte chez le notaire, le processus de vente
    Location
    Les droits et obligations du bailleur et du locataire
    Travaux/aménagements
    Les règles à connaître pour effectuer des travaux ou des aménagements immobilier
    Fiscalité
    Toutes les règles fiscales à connaître en matière immobilière.
    Dossier spécial loi ALUR
    Dossier spécial loi ALUR