Quelles sont les conditions d'acceptation d'un contrat d'assurance-vie?

publié le 31/10/2012

Le bénéficiaire ne peut accepter le bénéfice d'une assurance-vie du vivant du souscripteur qu'avec l'accord de ce denier. Cela se matérialise par la signature d'un avenant (entre les parties) ou par acte authentique (établi par un notaire).

Le souscripteur ne peut plus alors effectuer de rachat ou demander d’avance sans l'accord du bénéficiaire.

Pour éviter tout risque de demande d'acceptation, le souscripteur peut ne pas révéler au bénéficiaire qu'il l'a désigné dans un contrat. Il rédige alors un testament pour y mentionner l'existence d'une assurance-vie, ainsi que le nom du bénéficiaire qui n'en aura connaissance qu'au décès du souscripteur.

publié le 31/10/2012
Voir aussi
Assurance-vie : un outil de transmission familiale
publié le27/03/2013
Assurance-vie en déshérence et compte bancaire inactif : bientôt une loi
publié le25/02/2014
Comptes bancaires inactifs et assurance-vie en déshérence : les moyens pour rechercher les titulaires ou leurs héritiers
publié le16/04/2014
VIDÉO | Conférence Assurance-vie : un vrai bon outil de transmission ? (Juin 2016)
publié le22/06/2016
Assurance-vie : l’intérêt de rédiger la « clause bénéficiaire » par testament.
publié le13/07/2016
Les assurances-vie des époux mariés sans contrat sont-elles réellement hors succession ?
publié le18/07/2016
Les assurances-vie des époux mariés sans contrat sont-elles réellement hors succession ?
publié le19/07/2016